René l'énervé Opéra bouffe et tumultueux
© Stéphane Trapier

René l'énervé

Opéra bouffe et tumultueux


auteur et metteur en scène Jean-Michel Ribes avec Sophie Angebault compositeur Reinhardt Wagner avec Caroline Arrouas, Camille Blouet, Sinan Bertrand, Gilles Bugeaud , Claudine Charreyre, Benjamin Colin, Till Fechner, Emmanuelle Goizé, Sophie Haudebourg, Sébastien Lemoine, Jeanne-Marie Lévy, Thomas Morris, Antoine Philippot, Rachel Pignot, Alejandra Radano, Guillaume Severac-Schmitz, Fabrice Schillaci, Gilles Vajou, Jacques Verzier, Benjamin Wangermée violon Emelyne Chirol, Noémie Poumet piano Laurent Desmurs guitare et percussions Jean-Yves Dubanton clarinette et saxophone baryton Ghislain Hervet violoncelle Maëva Le Berre saxophone, flûte et accordéon Dominique Vernhes
afficher toute la distribution

durée 2h30 entracte compris


[PDF]> télécharger Dossier de presse René l'énervé

Caramela ne te mets pas dans cet état nous allons devenir chef de l’État.
« Depuis 2007, j’éprouve un malaise qui ne diminue pas » dit Jean-Michel Ribes en parlant de notre gouvernance. Pour en finir avec cette nausée, il a décidé de la transformer en farce joyeuse : un opéra bouffe mis en musique par Reinhardt Wagner. Un éclat de rire de résistance « face à l’affaissement du langage, au dénigrement de l’esprit, à cette agitation immobile dont la médiocrité nous étouffe. » Les citoyens d’un pays imaginaire cherchent un nouveau leader, leur vieux président malade s’en allant. Soudain, ils aperçoivent un petit homme agité courant matin et soir. Il se nomme René. Énergique et courant droit, n’appréciant que le bon sens. René est repéré par le parti majoritaire. L’heure est électorale et René est matinal. Soutenu par sa mère, René devient l’homme providentiel d’un pays en mal d’autorité à poigne et de confort sécuritaire.
Autour de lui, des opposants s’opposent, emmenés par Ginette et Gaufrette.
Un conseiller conseille : le nommé Hurtzfuller qui chante les vertus des Arabes quand ils ressemblent aux natifs du Cantal. Un responsable de l’image présidentielle, une meneuse de revue, des traîtres en cravates, un coiffeur international, un ministre des Hautes Frontières, un autre de la Condamnation d’avance et des révoltés venus d’ailleurs valsent tous dans l’ivresse du pouvoir de René. Insolences, audaces, pitreries rythment en chansons l’envol délirant d’un petit épicier nerveux vers les sommets du monde.

Auteur, réalisateur, créateur sur les écrans ou sur les planches des Palace et Merci Bernard, des Brèves de comptoir ou Batailles, Musée haut Musée bas ou de Théâtre
sans animaux, Jean-Michel Ribes dirige le Théâtre du Rond-Point depuis 2002. Il est entré dans l’histoire du théâtre pour faire place nette aux auteurs en vie et aux artistes d’aujourd’hui. Il signe un opéra bouffe générateur d’oxygène, qu’il lance comme un pavé dans une marre où macère une France endormie. En 2011 ⁄ 2012, avec René l’énervé, épopée chantée, Jean-Michel Ribes et sa troupe prennent leurs aises et l’Élysée.

production Théâtre du Rond-Point / Le Rond-Point des tournées, Opéra National de Lorraine / Nancy, coproduction Théâtre du Châtelet, théâtre musical de Paris, avec la participation artistique du Jeune Théâtre National, avec le soutien du Fonds de Création Lyrique.

Télérama France Inter 20 minutes Dailymotion Arte Evene.fr