El Tigre
© Stéphane Trapier

El Tigre


livret et mise en scène Alfredo Arias composition musicale Bruno Coulais collaboration artistique René de Ceccatty avec Denis D'Arcangelo, Carlos Casella, Arielle Dombasle, Alejandra Radano, Andrea Ramirez, Alexie Ribes violons Christophe Guiot, Elisabeth Pallas alto Françoise Gneri violoncelle Jean-Philippe Audin
afficher toute la distribution

durée 1h30


[PDF]> télécharger Dossier de presse El Tigre

Finissons-en avec les manières et mettons la main à la pâte.

El Tigre donne son nom à un ensemble d’îles argentines et de marais peu gays. Là, un groupe de cinéphiles fanatiques a trouvé refuge. Ensemble, le samedi soir, ils recréent les films adorés, les rejouent, se travestissent avec les moyens du bord. Au final, Vampira croque les jugulaires des enfants de chœur, Lana Turner trouve le temps long et Holy se remaquille. Les créatures de El Tigre déclenchent une série de quiproquos et de coups de théâtre qui les propulsent dans un univers plus délirant que celui qu’elles voulaient représenter. Elles retrouvent la tonalité des univers fantasques des Marx Brothers ou d’Ed Wood, alors qu’elles croyaient plonger dans les mélodrames vénérés. Dark, Holy, Lana, Lanita, Tota et Vampira chantent, dansent, illuminent d’étincelles colorées un monde trop gris, trop triste. Elles s’envolent en fusée, côtoient les météores qu’elles préfèrent aux étoiles mortes, et se pulvérisent à coups d’apéricubes à la mortadelle.

Festin avec strass, paillettes et tombolas, El Tigre se joue dans la maison de sublimes démentes. Arias et sa bande invitent des stars, des vamps « idolâtrables » et des travs acidulés. Figure mythique de la scène, le créateur d’origine argentine Alfredo Arias créait les saisons dernières au Rond-Point Trois tangos, Tatouage, ou Divino amore. Il a toujours tranché dans le vif de l’humain pour le mettre à poil ou en collant pailleté sur l’avant-scène. Fête oblige. Maquillages outranciers, accessoires de rigueur et plumes partout, ses créatures déjouent les mauvais sorts : vivre, vieillir, mourir. Elles annoncent une « comédie musicale sur le dérèglement climatique », quittent la planète molle pour une galaxie explosive vouée aux extravagances hollywoodiennes.
À faire pâlir Broadway. Pierre Notte

production déléguée Théâtre du Rond-Point / Le Rond-Point des tournées, coproduction Groupe TSE, avec le soutien du Fonds de création Lyrique
Le Groupe TSE est soutenu par le Ministère de la Culture et de la Communication

France Culture Télérama 20 minutes Arte Têtu Fonds de création lyrique Copie privée