Encore un tour de pédalos

Saison 2010/2011

Encore un tour de pédalos

(Je hais les gais)

écrit, mis en musique et mis en scène par : Alain Marcel, collaboration artistique : Grégory Antoine

23 novembre - 31 décembre 2010

Durée : 1h40

Salle : Jean Tardieu

Synopsis

Après son exploitation au Rond-Point, le spectacle continue au Théâtre Marigny dès le 18 janvier. Cliquez pour accéder au site du Théâtre Marigny.

Je hais les gais
Le ton est donné, et l’archétype du gay peut se rhabiller. L’homosexuel du Marais, à slip Calvin Klein et teint orangé, n’intéresse pas les mauvais génies de ce nouveau Tour de pédalos ; cabaret éclaté, galerie de portraits déjantés, les artistes lèvent le voile sur l’homo condamné en Afrique ou au Moyen-Orient, comme sur le pédé honteux d’une bourgeoisie archaïque. Tout y passe. Numéros trashs, défilés de monstres, chansons dures ou douces, Les pédalos prônent le tir à vue sur les nouveaux moralisateurs de la jeune classe politique, les amalgames puants et l’homophobie latente. Comment vivre gay, si serré dans sa tête et son boxer ?
Comment survivre dans les banlieues, face à un Islam intégriste ou à une mère juive ? Et le mariage, l’adoption, l’homoparentalité ? Il y a trente ans, en complicité avec Jean-Michel Ribes, Alain Marcel et ses complices triomphaient dans Essayez donc nos pédalos, coup-de-poing dans le bas-ventre des idées reçues. En France ou off-Broadway, ces premiers Pédalos répondaient en 1979 aux préjugés véhiculés par le succès de La Cage aux folles. Ils tordaient le cou à une middle class rance qui confondait déjà pédé et pédophile, sexualité et maladie. « Nous les tantes », chantaient-ils en choeur.
Autre temps, autres moeurs. À nouveau dirigée par Alain Marcel, auteur entre autres de L’Opéra de Sarah (Molière 2009 du théâtre musical), une nouvelle bande de doux dingues bariolés s’attaque à une France autrement moisie, où les stéréotypes plus rétrogrades que jamais font encore fureur. Objet provocateur, insolent et salubre, Encore un tour de pédalos travaille au corps le retour en force de l’hypocrisie sournoise et de la bonne marche à suivre. Vulgaire et raffiné, sensible et explosif, hargneux et caressant ; monstrueusement gay.

Distribution

Mentions de production

coproduction Théâtre du Rond-Point, Théâtre Marigny, avec la collaboration de l’Atelier Théâtre Actuel
[le Théâtre du Rond-Point et le Théâtre Marigny, la passerelle de l’invention et de l’amitié]

Télérama Sortir
1 décembre 2011

TTT

Trente ans apres un premier tour de pédalo qui le mena jusqu'à Broadway, Alain Marcel, plus provocateur que jamais, mais sans rien perdre de son raffinement évoque l'homosexualité. (...) Quatre hommes, au talent sublime et génereux, passent en revue ce qui se dit, ce qui se fait, font l'inventaire de leurs amours et de leurs emmerdes Leurs refrains sont gais ou tristes, tendres ou amers, militants parfois. Emouvants à en creuser une larme dans nos certitudes.

Consulter l'article
Le Dispariteur - Yves-Noël Genod
24 novembre 2010

Recommandé !

Encore un spectacle magique parmi les magiques. Archi pédé, mais d’une homophobie cinglante, d’une intelligence glaciale, d’un cœur absolu et simple, d’une beauté musicale sublime. (...) C’est un spectacle où l’on se sent « comme à Paris ». Le Paris de l’intelligence, de l’esprit, de la fête et des avant-gardes du XX e siècle, le gay Paris qui est une fête. Ça me l’a fait seulement une fois à ce point, avec le chef-d’œuvre de Sophie Perrez et Xavier Boussiron sur Francis Picabia, El coup du cric andalou. Tu ressors et tout brille, l’esprit. Soirée parisienne. (...) Justesse de cœur absolu. Absence absolue de tricherie.

Consulter l'article

Autour du spectacle

Autour du spectacle

A l'occasion de l'émission 42ème Rue spéciale "Essayez donc nos pédalos" présentée par Laurent Valière sur France Musique, venez découvrir en version concert la  nouvelle création d'Alain Marcel avec les membres de la troupe : Yoni Amar, Philippe d’Avilla, Steeve Brudey, Djamel Mehnane, et le pianiste et arrangeur Stran Cramer.
 
dimanche 28 novembre, 11h-12h / entrée libre
en direct et en public au studio 106, à Radio France
> 42e Rue sur France Musique