We Love Arabs

Saison 2017/2018

We Love Arabs

texte et chorégraphie : Hillel Kogan, avec : Adi Boutrous, Hillel Kogan

12 septembre - 8 octobre 2017

Salle : Jean Tardieu

Horaires : du mardi au dimanche, 18h30 - Relâche : les lundis et le 17 septembre

Durée : 55 minutes

En cas de date momentanément indisponible, contactez la billetterie au 01 44 95 98 21

Synopsis

Comme ça, ils comprennent.
Un Juif et un Arabe : ils dansent, s’apprivoisent, ils commentent… Leurs mouvements et leur lutte, drôle de combat sensuel, illustrent les conflits fratricides. Avec une ironie fracassante, ils font tomber les murs entre les communautés.

Distribution

  • texte et chorégraphie : Hillel Kogan
  • avec : Adi Boutrous, Hillel Kogan
  • lumière : Amir Castro
  • musiques : Kazem Alsaher, Mozart
  • conseillers artistiques : Inbal Vaacobi, Rotem Tashach
  • traduction : Talia de Vries

Mentions de production

production DdD – Drôles de Dames, spectacle créé en 2013 au festival Intimadance à Tel Aviv et présenté au Festival d’Avignon en 2016

Partenaires

Les Echos - Philippe Noisette
13 septembre 2017

« We Love Arabs » ou la danse prise aux mots

Duo maniant l’humour et le mouvement, We Love Arabs de Hillel Kogan est autant une satire du milieu de la danse qu’un geste d’espoir.  

Consulter l'article
Télérama - DR
12 septembre 2017

We Love Arabs

We Love Arabs est un cocktail détonnant que l'on avale cul sec et qui met en plus de bonne humeur. À voir et/ou revoir.  

Le Monde - Rosita Boisseau
1 septembre 2017

Danse avec les hommes…

Le thème du choc juif et arabe s'offre un coup de chaud réjouissant sur le fil d'une heure de danse qui sait aussi s'exprimer en levant la jambe. Ce pas de deux arbore un nouvel étendard choré-politico-rigolo unique en son genre.

Consulter l'article
La Terrasse - Anaïs Heluin
22 août 2017

We love Arabs

Le texte de We Love Arabs est un modèle d’écriture comique. La danse n’est pas en reste.

Consulter l'article
Le Monde - Rosita Boisseau
23 juillet 2016

Hillel Kogan envoie valser les clichés

Face à un Adi Boutrous parfait en presque muet à qui on ne la fait pas, le pédagogue et le chorégraphe repéré en Israel, agite un nouvel étendard choré-politico-rigolo bien parti pour tourner.

Consulter l'article
Télérama - Fabienne Pascaud
20 juillet 2016

Il est épatant

Une subtile petite heure durant, on aura vu un artiste se moquer avec esprit de lui-même et tenter d’approcher l’autre malgré ses inconscientes ornières, son ignorance. C’est généreux et piquant dans un espace sombre, hors frontières que les deux danseurs parviennent lentement à faire exploser, éliminant tous les murs possibles entre leurs communautés.

Consulter l'article
Scène Web - Stéphane Capron
15 juillet 2016

Un geste d’amour contre la haine

Un geste d’amour contre la haine. Avec l’humour comme arme de construction positive, ce spectacle est une grande bouffée de générosité. Il dit des choses simples, il porte un message humaniste et politique.

Consulter l'article

Tournées

Autour du spectacle

À la rencontre des artistes

Dimanche 1er octobre à 19h30, salle Jean Tardieu
Pour en savoir plus sur ce drôle de combat sensuel et fratricide, rencontrez le danseur et chorégraphe Hillel Kogan. Il vous donne rendez-vous en bord de scène à l’issue de la représentation pour répondre à toutes vos questions.
> Entrée libre, réservation obligatoire sur www.theatredurondpoint.fr ou au 01 44 95 58 81

> en savoir plus sur la rencontre
Ventscontraires
Confs & Perfs

Elias Sanbar, Sonnons l'alarme !

Consulter
Ventscontraires
Confs & Perfs

Jean-Pierre Filiu : Un tour de France des Arabes #1

Consulter
Ventscontraires
Confs & Perfs

Magyd Cherfi : Pâle estinien

Consulter
Ventscontraires
Archives

Le boa aime le beatbox

Consulter

Également à l'affiche

12 septembre - 1 octobre 2017

À vif

Kery James, Jean-Pierre Baro Acheter
5 septembre - 8 octobre 2017

La Nostalgie des blattes

Pierre Notte La Nostalgie des blattes / crédit illustration : Stéphane Trapier Acheter
1 septembre - 1 octobre 2017

Novecento

Alessandro Baricco, André Dussollier Novecento / crédit illustration : Stéphane Trapier Acheter