14 juillet

saison 2018-2019

14 juillet

texte et interprétation : Fabrice Adde, co-écriture et mise en scène : Olivier Lopez
 Avis de la presse et des spectateurs

11 octobre - 4 novembre 2018


Salle : roland topor
Horaires : DU MARDI AU SAMEDI, 20H30 - DIMANCHE, 15H30 - Relâche : LES LUNDIS ET LE 1ER NOVEMBRE
Durée : 1h

synopsis

Je suis seul… répondit l'écho.
Fabrice, sale gosse, quitte son village. Il revient en héros cinq ans plus tard : il a tourné avec DiCaprio. Sur scène, Fabrice devient Jacky. Il joue de son autobiographie, parcours à virages et à tumultes, hilarant petit prince grand format d’une planète d’ici et d’aujourd’hui.

Cravate et veste un peu courte, vite débraillé, il se raconte. Fabrice, sale gosse du village, est un voyou à la fumette facile. On le fout dehors, on lui balance des pierres. Cinq ans plus tard, il revient. Un 14 juillet. Il a joué au cinéma dans Eldorado de Bouli Lanners et avec DiCaprio dans The Revenant. Justement, il revient. On lui balance des fleurs, on s’agenouille devant l’enfant prodige. Sur scène, Fabrice devient Jacky. Il joue de son autobiographie, parcours à virages et à tumultes. Il parle de sa mère, de la drogue, de la colère, des auteurs qui le hantent. Il bégaie quand il évoque la prise de parole en public. C’est l’échec d’être au présent qui l’intéresse. Il en fait un art brûlant de l’acteur, qui se consume dans le rire des autres, hilarant petit prince grand format d’une planète d’ici et d’aujourd’hui.
Fabrice Adde quitte les champs de la Normandie pour devenir clown, acteur, poète. Cinéma, télévision, théâtre. Il joue avec Falk Richter et Galin Stoev, tourne puis revient composer 14 juillet avec Olivier Lopez, ancien ingénieur en bâtiment devenu bâtisseur d’un théâtre performatif. Vivant, mordant, le solo de 14 juillet plonge un acteur dans ses turpitudes de Narcisse empêtré dans sa lucidité. C’est un homme qui se noie pour de faux, se pend pour s’occuper, raconte aussi pourquoi il est impossible de faire du théâtre à notre époque. Jacky finit par trouver un sens à sa vie en temps réel, là, grâce à ceux face à lui qui rient et le regardent. Pierre Notte

distribution

Texte et interprétation : Fabrice Adde
Co-écriture et mise en scène : Olivier Lopez
Lumière : Louis Sady

mentions de production

production La Cité / Théâtre et le Théâtre de Liège, avec le soutien de la Chapelle Saint-Louis - Théâtre de la ville de Rouen, L'Archipel - Scène conventionnée de Granville, L'Ancre / Charleroi (Belgique) et du Club des Entreprises partenaires du Théâtre de Liège, spectacle créé le 23 avril 2017 au Théâtre de Liège

revue de presse avis des spectateurs

 Télérama Sortir - Michèle Bourcet

23 octobre 2018
14 Juillet
Comment définir 14 Juillet ? Une performance ? Une conférence ? Du théâtre, tout simplement. À la fois drôle et déroutant.

 France Culture - La Dispute - Arnaud Laporte

23 octobre 2018
Une grande tradition du clown
Le spectacle 14 juillet commenté dans La Dispute ! Écoutez l'émission. 
 Consulter l'article

 Le Figaro

12 juillet 2018
14 Juillet
La conférence sur la prise de parole en public de Fabrice Adde passe, du coq à l’âne, de Claudel à la banane Chiquita, d’Isabelle Adjani à Robin Williams. Inquiétant comme le Dupontel des débuts, corrosif comme le Desproges de la fin.

 i/o gazette - Julien Avril

Pétard mouillé magnifique
Fulgurances poétiques, moments de bravoure qui nous laissent apparaître le fait que Fabrice Adde et son camarade coauteur et metteur en scène Olivier Lopez sont bien de fins stratèges du rire et de formidables joueurs.
 Consulter l'article

autour du spectacle

Une voyante sous l'escalier / mercredi 17 octobre et vendredi 14 décembre à 18h, sous l’escalier topor


Cartomancienne attitrée du Rond-Point, Annick Le Goff devient Astrid Descartes dans sa guérite. Imprévisible, elle lit l’avenir dans les cartes, boules et tarots. Dans le hall du théâtre, on fait la queue pour la voir. Elle révèle le présent, l’avenir et les secrets cachés.

également à l'affiche