H.H

[Chers spectateurs] > Du 8 décembre au 17 décembre 2011, afin d'assurer la tranquillité et la fluidité de l'entrée en salle des spectacles, nous
vous conseillons d'arriver au théâtre 1 heure avant le début des représentations.

 

[report de date] > la représentation du dimanche 27 novembre est reportée au dimanche 4 décembre. 

25 novembre - 24 décembre 2011


Salle : jean tardieu
Durée : 1h30

synopsis

 

D'ailleurs, Himmler était une sorte d'Européen, à sa manière, à sa manière.
On s'agite lors du conseil municipal : quel nom donner au collège ? Les initiales H.H. sont déjà gravées. Alors ? Le poète Heinrich Heine ou le nazi fanatique Heinrich Himmler ? Les arguments fusent. En rire vaut toujours mieux.



 

Dans un futur proche, ou aujourd'hui car tout semble possible... On gueule, on s'agite lors du conseil municipal d'une ville d'outre-Rhin. H.H. s'ouvre sur un débat : quel nom donner au collège que les autorités inaugurent dans quelques jours ? Pour le fronton de l'établissement, les initiales H.H. ont déjà été gravées en bronze. Il fallait gagner du temps. La question devient : quel patronyme, aux initiales de H.H., portera l'établissement ? Celui d'Heinrich Heine, poète national dont trop d'institutions arborent le spectre ? Ou celui du nazi fanatique né dans la ville, Heinrich Himmler ? Les coeurs balancent, les arguments fusent. On se déchire en levant ses bocks de bière à la santé des électeurs et aux deniers publics. On cherche la réponse dans les poèmes de Heine et les lettres de Himmler. À hurler de rire dans l'abjection.

L'Atelier, Maman revient pauvre orphelin, Mon père inventaire, Une leçon de savoir vivre, Vers toi terre promise, tragédie dentaire... Autant de bijoux de noirceur, farces épiques ou épopées intimes ; les pièces de Grumberg retournent l'Histoire et ses bourreaux comme des crêpes. Pour rire, respirer. Né en 39, multi moliérisé, l'auteur, ici metteur en scène, joue les jardiniers de l'ordure, il laboure le pire de la société civile et de sa hiérarchie. Il s'en amuse avec une cruauté salutaire. Il fait entendre dans ce bain d'ignominies les mots authentiques d'Himmler, monstre méconnu, et de l'humaniste ironique Heine, censuré par les nazis. Au bout du compte, le nom de l'établissement reste à négocier. À la fin de la parodie carnassière, on évoque même le nom aux initiales de H.H. d'un sportif. L'horreur absolue, pour Grumberg, est atteinte, quand tout devient indifférent et égal, quand l'indignation s'est fait la malle. En rire, vaut toujours mieux.

> Téléchargez le dossier pédagogique réalisé par le CRDP

mentions de production

production Théâtre du Rond-Point / Le Rond-Point des tournées, avec l’aide de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, publié aux éditions Actes-Sud papiers 

partenaires

avis des spectateurs

autour du spectacle

Autour du spectacle


les 23 et 24 février, 18h et 20h30
Théâtre du Rond-Point, salle Jean Tardieu
Théâtrothèque n°2 : Jean-Claude Grumberg

L'INA et le Théâtre du Rond-Point s'associent pour mettre à l'honneur l'écrivain Jean-Claude Grumberg, dont deux pièces H.H. et Moi je crois pas ! sont présentées cette saison au Rond-Point.
Festival de projections en tous genres : documents rares ou inédits, interviews, témoignages, captations de pièces ou films de théâtre, entrecoupés de rencontres et d'éclats tirés de son oeuvre, la Théâtrothèque rend hommage à l'un des artistes les plus engagés de la scène actuelle. Né en 1939, bardé de médailles, d'honneurs et de Molières, l'auteur de Zone libre, de Vers toi terre promise, tragédie dentaire, Grumberg est le scénariste attitré de Costa-Gavras notamment pour Amen ou Le Couperet. Il a coécrit les dialogues du Dernier Métro de Truffaut. Grumberg est lauréat des grands prix de l'Académie française et de la SACD pour l'ensemble de son oeuvre.
> en savoir plus / voir le programme détaillé

également à l'affiche