J'ai passé ma vie à chercher l'ouvre-boîtes

saison 2012-2013

J'ai passé ma vie à chercher l'ouvre-boîtes

 Avis de la presse et des spectateurs

27 novembre - 30 décembre 2012


Salle : roland topor
Durée : 1h17

synopsis

C'est ma mère qui m'a finalement découvert de couleur bleue dans la baignoire blanche.
Une famille pleine de bruits, de gosses, d'agitation. Barthélemy convoque tout un monde, raconté par un môme de douze ans qui cherche à y voir un peu plus clair dans ce monde de fous.


Années soixante-dix. Le village se nomme Verberie, entre l'Oise et le Nord dur. C'est le temps des Thermolactyl, des visites médicales, des leçons de Dolto et des blagues de Toto. Une famille pleine de bruits, de gosses, d'agitation. On court, on se bat pour accéder à la salle de bain. Le môme se douche, mais sa soeur décide de faire la vaisselle. Eau froide et destin contrarié. Il s'appelle Marcel-Trinidad, trouve que c'est difficile à porter, mais qu'il est très amusant de tirer les sonnettes des gens surtout quand ils sont dépressifs. Sa mère s'appelle Simone et son père a un sérieux problème avec la guerre d'Algérie. Surgit la grand-mère, tyran domestique. C'est elle qui lance les conversations sur l'infériorité de la race noire. La mère fulmine, le père compte les miettes de pain.
Réalisateur de Low Cost, Papa, ou Casablanca driver, figure phare des Robins des Bois, Maurice-Domingue Barthélemy convoque tout un monde picard, raconté par un gosse de douze ans, narrateur solitaire qui cherche à y voir un peu plus clair dans ce monde de fous. L'acteur Jean-Quentin Châtelain incarne le verbe en maître du théâtre, il intègre ici le monde farfelu de Barthélemy sous la direction de Claude Aufaure. Le comédien genevois dévore l'espace, consume le temps d'une présence flamboyante au service d'une journée passée en enfance. Sa voix singulière s'empare du récit du môme. Et la vie est là, simple et tranquille, racontée par un frère du Petit Nicolas. Jusqu'au jour où l'enfance semble s'arrêter. Une mauvaise chute de lit, quelque chose comme ça. Et le médecin de famille envoie le môme à l'hôpital. Et les vacances en enfance sont finies, elles ont duré le temps d'un souffle frais, d'insouciance et de liberté joyeuse. Pierre Notte

distribution

De : Maurice-Domingue Barthélemy
Mise en scène : Claude Aufaure
Avec : Jean-Quentin Châtelain
Lumière : Christophe Kehrli
Son : Frédéric Morier

mentions de production

production Théâtre Vidy-Lausanne, publié aux éditions Séguier Archimbaud 

partenaires

revue de presse avis des spectateurs

 Télérama Sortir - Sylviane Bernard-Gresh

18 décembre 2012
J'ai passé ma vie à chercher l'ouvre-boîtes
Jean-Quentin Châtelain transporte avec lui tout un univers de grands espaces, de montagnes suisses, de pentes enneigées. Avec son accent chantant, son corps épais, il prête vie et toute sa fantaisie à un gosse de 12 ans élevé dans les années 70 dans une famille de l'Oise, entre une mère gauchiste, un père qui a des problèmes avec la guerre d'Algérie, une grand-mère dragon, ses deux sœurs et le chat.
 Consulter l'article

 Le Figaroscope - Armelle Héliot

18 décembre 2012
J'ai passé ma vie à chercher l'ouvre-boîtes
Un texte original, une mise en scène délicate, un interprète époustouflant : Jean-Quentin Châtelain en petit garçon trop lucide....Irrésistible !
 Consulter l'article

 Le blog d'Armelle Héliot - Armelle Héliot

2 décembre 2012
Jean-Quentin Châtelain, irrésistible !
La voix, cette voix unique, cette voix traînante un peu, très lointainement plaintive, cette voix extraordinaire qui dit tout l'être et tout l'art de Jean-Quentin Châtelain. Suit une heure vingt, à peu près, d'un récit hallucinant, d'une cocasserie irrésistible, délivré par ce personnage insensé que compose Jean-Quentin Châtelain sous le regard et les conseils précis de Claude Aufaure. Le comédien ne signe pas souvent de mises en scène. Il dirige à merveille un artiste exceptionnel et exceptionnellement sensible.
 Consulter l'article

 France Inter - Stéphane Capron

30 novembre 2012
Pas facile d'être un fils de soixante-huitard !
Il fallait bien un acteur de la trempe de Jean-Quentin Châtelain pour incarner ce personnage. Il a de l’allure avec son pull et son écharpe tricotés main, et ses longs cheveux gras ! Entre blagues potaches (Marcel-Trinidad adore tirer les sonnettes des gens surtout quand ils sont dépressifs) et situations totalement désopilantes (il fait une crise de claustrophobie dans un pull en poil de chat), le spectacle est un pur moment d’humour décalé.
 Consulter l'article

 Le Monde - Brigitte Salino

30 mars 2011
Eclats de rire au bord du Léman
C'est un texte qui s'avère à l'écoute totalement fendant : le récit d'un garçon qui voudrait faire la grasse matinée et se voit réveillé par un « Alors tu dors ? », hurlé par sa mère, une femme inénarrable, comme toute la famille, qui vit dans « un petit village d'irréductibles Gaulois picards ». (...) On sent que le texte l'amuse et le touche. Il se donne à fond, et même plus.
 Consulter l'article

autour du spectacle

Autour du spectacle


À la librairie, retrouvez J'ai passé ma vie à chercher l'ouvre-boîtes, publié aux éditions Séguier.

également à l'affiche