La vie va où ?...

saison 2010-2011

La vie va où ?...

un spectacle de et par : Michèle Guigon, coécriture : Susy Firth, mise en scène : Anne Artigau, Susy Firth, lumières : Marie Vincent
 Avis de la presse et des spectateurs

19 octobre - 14 novembre 2010


Salle : jean tardieu

synopsis

J’aurais pu faire médecine. J’ai fait malade.
Un faisceau de lumière. Avec malice et tendresse, elle se raconte. Une vie, des épreuves. Elle joue, passe du « je » au « jeu ». Elle se promène parmi les petites choses, fait des splendeurs avec des banalités, raconte l’enfance, les mauvaises surprises et les méchantes glissades, et gagne par le rire un peu de terrain sur l’effroi : « Ah, ben oui, on va parler de la vie, donc de la mort, de la maladie, de la vieillesse, on va bien se marrer ! » L’absurde l’emporte toujours : « Combien peut valoir la lettre k dans le scrabble finlandais ? »
En 2007, la comédienne apprend qu’elle est atteinte d’un cancer. Michèle Guigon et son corps attaquent la maladie, de front. Elle en fera l’un des sujets de son spectacle. Par les mots, transformer le mal : « Si on prend soin d’eux les mots nous soignent. » Et rire toujours. Toutes peurs piétinées, elle chante son hymne à la vie retrouvée. Et l’amour, « pourquoi c’est quand il est vide que le coeur est lourd ? » Un tabouret pour seul décor, son accordéon pour unique accessoire. Aucun effet sur le plateau. L’essentiel est dans le regard, les mots, le sourire. Cela suffit absolument.
À quatorze ans, elle entend les mots déterminants de Maïakovski : « Si je ne suis moi, qui d’autre le sera ? » Elle participe plusieurs années à l’aventure du théâtre de Jérôme Deschamps, fonde la Compagnie du P’tit Matin avec Anne Artigau, devient lauréate de la Villa Médicis Hors-les-murs. Vivre pour vivre et être soi-même seront ses seuls projets, elle en fera toutes sortes de spectacles. La comédienne, avec ses complices Anne Artigau et Susy Firth, part à sa recherche du temps perdu. Modeste, tendre et mordante, elle tord le cou aux peurs ; peur des mots, des cancers en tout genre et autres monstres intérieurs ou d’ailleurs. Elle trouve toujours comment faire pour en rire, en sourire, (s’)en jouer.

distribution

Un spectacle de et par : Michèle Guigon
Coécriture : Susy Firth
Mise en scène : Anne Artigau, Susy Firth
Lumières : Marie Vincent

mentions de production

production déléguée / diffusion Musicomédia, coproduction Cie du P’tit Matin, Espace 1789 Saint-Ouen,
coréalisation Théâtre du Rond-Point 

revue de presse avis des spectateurs

 REGARD EN COULISSE

27 octobre 2010
La vie, et Michèle Guigon, vont au Rond-Point
A revoir le spectacle une seconde fois, dans ce nouveau lieu, force est de constater que le texte n’a rien perdu de sa force, la comédienne de son aura, accompagnée par son accordéon « souffle au coeur » pour un spectacle coup de coeur.
 Consulter l'article

 PUBLIK'ART - Amaury Jacquet

24 octobre 2010
La vie va où ?... de et par Michèle Guigon
Elle raconte une vie, des épreuves et passe de l’intime à la quête existentielle qui touche à l’universel avec justesse et drôlerie, humilité et vérité poignante.
 Consulter l'article

 WEBTHEA - Dominique Darzacq

15 octobre 2010
L'Art du sucré-salé
Entre chansons et réflexions, du jeu au je, l’artiste raconte et se raconte. Dit les mots qui font peur, comme celui de cancer, celui qu’elle a eu à affronter , une expérience qui hiérarchise tout et lui apprit à être moins speed et à trouver le bon rythme sur un plateau. « J’aurais pu faire médecine, j’ai fait malade , c’est la même branche ».
 Consulter l'article

 THEATRE ON LINE - David Larre

13 octobre 2010
La traversée des apparences
Funambule sur le fil d’une vie en constant déséquilibre, Michèle Guigon avance pas à pas, au rythme enjoué mais sage de la découverte : de quoi sera fait demain ? D’une question existentielle placide à un élément de réponse déroutant (le théâtre à défaut du bac, le cancer plutôt que la maturité éclatante), elle se laisse guider par ce que la vie, même minée par l’angoisse de la mort, lui offre d’espoir, faisant de l’occasion de la chute celle du sursaut le plus généreux.
 Consulter l'article

également à l'affiche