Le Cas de la famille Coleman

Le Cas de la famille Coleman

saison 2010-2011

Le Cas de la famille Coleman

(La omisión de la familia Coleman)
texte et mise en scène : Claudio Tolcachir, avec : Araceli Dvoskin, Miriam Odorico, Inda Lavalle, Lautaro Perotti, Tamara Kiper, Diego Faturos, Gonzalo Ruiz, Jorge Castaño, assistante à la mise en scène : Macarena Trigo, lumière : Omar Possemato, traduit de l'argentin par : Leticia Scavino
 Avis de la presse et des spectateurs

16 octobre - 13 novembre 2010


Salle : jean tardieu

synopsis

Pourrai-je un jour ne pas être ici !
Ça râle, ça gueule, ça court, ça vit et ça meurt. Comme dans toutes les familles. Le théâtre devient l’appartement des Coleman. Espace domestiqué pour un public devenu membre du clan. Un clan sans figure tutélaire masculine, sans patriarche, où les mômes et leurs mères se dépatouillent dans le désastre. Gabi se fâche, ramasse le linge sale pour l’emporter au lavomatic ; on n’est pas aidé. Damian se bat avec Marito, qui refuse de prendre une douche et pique les allumettes ; pas de gaz, pas de café. La mère planque des bouteilles que trouvent et vident ses fils. Chaque jour, on bouscule la routine, et la mise à mal des habitudes familiales devient le propre de la famille.
Mais la grand-mère tombe malade. Hôpital, arrivée de la fille prodige, Veronica, élevée loin du carnage par le père. Veronica a un chauffeur et des amants. Sa venue, sa différence, comme la mort de la grand-mère, provoquent les révélations, le réveil des secrets enfouis. Le noyau se disloque. Spectacle tendre mais sans mélancolie, drôle sans cynisme, Le Cas de la famille Coleman, bardé de tous les prix du théâtre argentin, a reçu à New York, Miami, ou Madrid un accueil public et critique délirant. Photo de famille absurde, décalée, les Coleman débarquent avec tous les spectres du théâtre grotesque de Buenos Aires. Ils déballent dans l’hilarité générale une panoplie des saloperies ordinaires ; vol, alcoolisme, chantage, soupçon, avarice, trahison… Le pire est en chacun, et chacun se dévoile peu à peu, autrement meilleur. Né en 1975, Claudio Tolcachir fonde à vingt-cinq ans l’espace théâtral Timbre 4 sur l’avenue Boedo de la capitale argentine. Improvisations, dérapages contrôlés ou non, ont peu à peu donné ce phénomène théâtral et première pièce de son auteur ; La famille Coleman, expérience salvatrice d’une famille comme les autres, monstrueuse.

distribution

Texte et mise en scène : Claudio Tolcachir
Avec : Araceli Dvoskin, Miriam Odorico, Inda Lavalle, Lautaro Perotti, Tamara Kiper, Diego Faturos, Gonzalo Ruiz, Jorge Castaño
Assistante à la mise en scène : Macarena Trigo
Lumière : Omar Possemato
Traduit de l'argentin par : Leticia Scavino

mentions de production

production Maxime Seugé & Jonathan Zak, Compagnie Timbre 4 / Buenos Aires – Argentine
production déléguée de la tournée Théâtre Garonne / Toulouse, représentant en France Judith Martin / Ligne Directe
coréalisation Théâtre du Rond-Point et Festival d’Automne à Paris

revue de presse avis des spectateurs

 PUBLIK'ART - Amaury Jacquet

19 octobre 2010
Le Cas de la famille Coleman

Et comment exprimer son individualité lorsqu’on est prisonnier du microcosme familial et social ? L’auteur metteur en scène braque son regard intransigeant et transgressif sur cette emprise castratrice et la difficulté à s’en extraire. En s’attachant à démasquer les non dits et comment l'instinct de survie et l’égoïsme sont souvent indissociables, la compagnie 4 nous immerge au coeur de ces tensions cruelles et désopilantes avec une grande proximité qui en souligne l’affectation.

 Consulter l'article

 SCENEWEB - Stéphane Capron

19 octobre 2010
Claudio Tolcachir dépeint une famille au bord de la crise de nerfs
Une comédie grinçante, l’histoire d’une famille qui se déchire. Autour de la grand-mère vivent sa fille et trois petits-enfants dans un appartement en huis clos dans le désordre et la précarité. (...) Un spectacle magnifique rempli d’émotion et de sensibilité.
 Consulter l'article

 UN FAUTEUIL POUR L'ORCHESTRE - Monique Lancri

19 octobre 2010
Le Cas de la famille Coleman
Jouée avec vigueur par d’excellents acteurs, cette comédie (car c’est là sans doute l’étiquette qui convient le mieux à la pièce), cette comédie fait beaucoup rire, d’un rire qui ne laisse, au final, qu’un goût amer. Car où situer ici l’amour maternel ? Et où l’amour tout court ? On peut passer toute une vie (ou presque) à se serrer les uns contre les autres et ne connaître, en dépit de cette trompeuse multitude, que solitude.
 Consulter l'article

 RUE 89 - Jean-Pierre Thibaudat

19 octobre 2010
Boom du théâtre argentin : l'exemple explosif de la « famille Coleman »
Quelle famille ces Coleman ! S'il fallait symboliser à travers un  spectacle l'énergie du renouveau théâtral à Buenos-Aires, on  pourrait avantageusement prendre comme exemple le spectacle  « La omision de la familia Coleman » écrit et mise en scène par  Claudio Tolcachir et joué par son groupe Timbre 4.
 Consulter l'article

 LA TERRASSE - Manuel Piolat-Soleymat

4 octobre 2010
Le Cas de la famille Coleman
La compagnie argentine Timbre 4 - emmenée par son directeur, l’auteur et metteur en scène Claudio Tolcachir - nous plonge dans le quotidien d’une famille foutraque et saugrenue. Entre tragique et grotesque, un travail sur le réalisme qui déjoue les pièges de la caricature.
 Consulter l'article

autour du spectacle

Autour du spectacle


A l'issue de la représentation, venez rencontrer les comédiens et l'auteur Claudio Tolcachir. Cette rencontre sera suivie d'une signature organisée avec les éditions Voix navigables.

dimanche 7 novembre, librairie du Rond-Point / entrée libre

également à l'affiche