Le Cours classique

saison 2019-2020

Le Cours classique

 Avis de la presse et des spectateurs

4 - 29 septembre 2019


Salle : jean tardieu
Horaires : du mardi au samedi, 21h - dimanche 15h30 - Relâche : les lundis et le 10 septembre
Durée : 1h40

synopsis

Car c'est presque d'un crime qu'il s'agit.
Le prof d’anglais accompagne les élèves en cours de natation. Mais deux collégiens se jettent sur lui, jouent à le couler. Mauvaise farce ou tentative d’assassinat ? Au collège Trinité, tout s’enraye jusqu’à la catastrophe. À partir du fait divers, les débats dressent des portraits drôles et féroces d’une humanité qui prend l’eau et se noie.


Bonnet de bain de rigueur et maillot ad hoc, le prof d’anglais fait la brasse dans la piscine. Il accompagne les élèves en cours de natation. Mais deux collégiens se jettent sur lui, jouent à le couler. Il a bu la tasse, l’enseignant qui sort de l’eau, choqué. Mauvaise farce ou tentative d’assassinat ? L’institution publique se mobilise. Les élèves, les collègues, la principale, le censeur des études. On veut comprendre, on extrapole. On délire beaucoup aussi. Autorité abusive, surinterprétation, bonnes intentions et folies d’un système en roue libre... Au collège Trinité, tout s’enraye et s’enchaîne, avec malice et cruauté, jusqu’à la catastrophe. Rires salvateurs et stupeur glaçante.

Le romancier Yves Ravey, professeur d’arts plastiques et de lettres en collège, auteur de pièces de théâtre, dont Dieu est un steward de bonne composition mis en scène par Jean-Michel Ribes au Rond-Point en 2005, compose les plaidoyers des parties adverses. Joël Jouanneau, metteur en scène, auteur, et Sandrine Lanno, fondatrice de L’Indicible Compagnie, signent l’adaptation du roman. Issue de l’Unité nomade de formation à la mise en scène du Conservatoire national supérieur d’art dramatique, Sandrine Lanno dirige deux comédiens face aux spectateurs devenus tour à tour élèves, membres d’une commission ou profs dans un duel au sommet. À partir du fait divers, événement anodin ou tragédie emblématique, les débats dressent des portraits drôles et féroces d’une humanité qui prend l’eau, perd pied et se noie. Pierre Notte

distribution

Texte : Yves Ravey
Adaptation : Joël Jouanneau, Sandrine Lanno
Mise en scène : Sandrine Lanno
Avec : Philippe Duclos, Grégoire Œstermann
Collaboration artistique : Isabelle Mateu
Scénographie : Camille Rosa
Lumière : Dominique Bruguière
Costumes : Nathalie Pallandre
Musique et son : Fanny Martin
Direction technique et régie générale : Denis Arlot
Ingénieure du son : Yolande Decarsin

mentions de production

production L’Indicible Compagnie, coproduction Centre dramatique national Besançon Franche-Comté, Comédie de Picardie, soutiens DRAC Île-de-France, Région Île-de-France, La Ferme du Buisson - Scène Nationale de Marne-la-Vallée, Département de Seine-et-Marne et SPEDIDAM, spectacle crée le 9 avril 2019 au Centre dramatique national Besançon Franche-Comté, roman publié aux Éditions de Minuit

partenaires

revue de presse avis des spectateurs

 Les Echos - Philippe Chevilley

11 septembre 2019

« La pièce fidèlement adaptée du roman d’Yves Ravey embarque le spectateur dans un récit kafkaïen qui provoque le rire mais finit très mal »

« Ce n’est pas seulement à une critique de notre système d’éducation qu’on assiste, mais à une mise en relief éclatante de la médiocrité humaine »

 Le Figaroscope - Philibert Humm

11 septembre 2019

« Ce texte, servi par deux acteurs de grand talent, est résolument de son temps. On rit de leurs phrases alambiquées, de cet acharnement absurde à ne pas laisser le crime impuni »

 Le Canard enchaîné - Jean-Luc Porquet

11 septembre 2019

« Avec une redoutable maestria, Philippe Duclos nous donne à voir un monstre plus vrai que nature »

« Une longue séquence d’anthologie, qu’on voudrait sans fin tant elle est hilarante et glaçante à la fois »

 Le Quotidien du médecin - Armelle Héliot


"Les deux comédiens sont magnifiques, fins, délicats, dans l'économie d'une direction d'acteurs rigoureuse" 

autour du spectacle

Une voyante sous l'escalier / Vendredi 19 septembre, 18H


Sous l’escalier de la salle Topor, dans le hall du théâtre, on fait la queue pour la voir. Voyante attitrée du Rond-Point, Annick Le Goff devient Astrid Descartes, cartomancienne imprévisible, et qui dit tout...

également à l'affiche