Les Mardis Midi : Les Collaborateurs

saison 2020-2021


Les Mardis Midi

Les Mardis Midi : Les Collaborateurs

 Avis de la presse et des spectateurs

mardi 24 avril 2012


Salle : jean tardieu

synopsis

lecture d'une pièce inédite à la scène de Serge Gaborieau
dirigée par Johanna Silberstein

2015, la direction d'une entreprise à la dérive sur le vaste océan de l'économie libérale. Alors que les congés encore payés se profilent à l'horizon, les actionnaires principaux, en provenance des « States », annoncent leur débarquement. Les « collaborateurs » n'ont que quelques jours pour accueillir l' « envahisseur » et donner à l'entreprise, qui ne produit plus rien depuis des lustres, le visage convivial de l'activité, vestige d'une époque où travailler servait encore. Stages express, remises à niveau, séminaires : les journées se passent sous le signe de la frénésie et les nuits sont agitées de visions cauchemardesques. Mais cette recherche du temps perdu se révèle laborieuse : tout le monde ne fait pas preuve de bonne volonté et par-dessus le marché, la climatisation est en panne.

Extrait
FOUGUEUX - Alors : dernières consignes avant l'heure H, PM. Il a été dit et redit qu'à l'embauche le matin, un seul bonjour suffit et amplement : vous dites bonjour à la cantonade, comme ça, à l'américaine (geste), et basta. Pour le bonsoir du soir : pareil,  ou alors sur le parking, ça ne nous regarde plus. Il a toujours été clair que chacun devait être opérationnel jusqu'à la dernière seconde. Et malgré ça il y a encore des politesses qui traînent.
TOUS - ... (ils protestent)...
FOUGUEUX - J'en entends ! Si chacun d'entre nous passe cinq secondes à se dire « Bonjour » le matin et « Bonsoir » le soir, multiplié par vos trois cent cinquante jours de présence, fois les soixante ans que vous passez dans la boîte, je ne sais pas, moi, c'est l'apocalypse qui vous pend au nez. Le problème c'est que dès qu'on parle économies plus personne ne comprend rien. Alors c'est bien clair ? A partir de pas plus tard que tout à l'heure PM, surveillez-vous comme du lait sur le feu, c'est pas des rigolos qui nous arrivent. (Il fait un « au revoir  collectif ») Au revoir.
TOUS ' Au revoir... au revoir... Ils se font mutuellement des « au-revoir collectifs » individualisés. Fougueux  a un grand moment d'abattement.

Né en 1958 en Vendée, facteur, puis prof d'EPS, Serge Gaborieau s'oriente vers le théâtre en suivant une formation de comédien à Rouen. Il quitte l'Education Nationale pour entrer en section mise en scène à l'INSAS et devient assistant de Christian Schiaretti puis d'Alain Bézu. Comédien, il travaille avec Alain Bézu, Adel Hakim, Serge Tranvouez, Jacques Connort, Catherine Delattres, Ismael Ferroukhi, Patrick Sueur, Martin Provost et actuellement Elisabeth Chailloux (Le Baladin du monde occidental). Il co-écrit et met en scène L'Effet fin de siècle (avec Jean-Marc Talbot), puis crée Pomme d'Api d'Offenbach, L'Envers du décor de Flannan Obé et Les Bonnes de Jean Genet (avec Armel Veilhan). Il anime un groupe d'essais théâtraux d'où naissent des projets d'écriture : comédies grinçantes et oniriques sur le travail et le pouvoir accompagnées en 2010 et 2011 par A Mots Découverts : Le Dégraissage des poches de convivialité (première version des Collaborateurs et Aide à l'Encouragement du CNT), Une histoire à deux balles  (écrite en résidence à la Chartreuse). Il travaille à un nouveau projet : Le Moral des ménages ou l'ex-croissance.

mentions de production

production A Mots Découverts

entrée libre renseignements au bureau des EAT au 01 44 06 62 77
sur www.theatredurondpoint.fr ou par mail à infolectures@eatheatre.fr
conception et direction Louise Doutreligne, coproduction Théâtre du Rond-Point, les EAT (Écrivains Associés du Théâtre), Amd (À Mots Découverts), Influenscènes 

avis des spectateurs

autour du spectacle

Autour du spectacle


également à l'affiche