Murmures des murs

saison 2020-2021

Murmures des murs

conception et mise en scène : Victoria Thierrée, avec : Aurélia Thierrée, accompagnée de : Jaime Martinez, Antonin Maurel
 Avis de la presse et des spectateurs

4 - 23 mai 2015


Salle : renaud-barrault

synopsis

Vous devez partir madame, vous devez partir?!
Aurélia Thierrée joue les fugueuses et les monte-en-l'air, elle pénètre les chambres fortes des secrets. Murmures des murs est un songe tangible, un périple aux paroles rares, avec plongée consentie dans la folie douce.


Elle disparaît dans l'un des cartons de déménagement qui jonchent le sol. Elle traverse le temps, l'espace et les murs. Monte-en-l'air, elle escalade les façades, pénètre les chambres fortes des secrets. Elle se laisse piéger par les murs. Ils ont une âme et des histoires, du vécu. Aurélia Thierrée fuit, échappée au pays des merveilles dans une Venise déserte. Danses, acrobaties et fantasmagories, les murs prennent vie, elle en est l'actrice ou la spectatrice. Avec deux complices, la fugueuse organise les métamorphoses, invite au voyage au centre d'une terre fabuleuse.
Danseuse, interprète, égérie du band londonien excentrique des Tiger Lillies, Aurélia Thierrée invente, visite et expose son monde, bestiaire fou ou cauchemar joyeux. En 1971, Victoria Thierrée-Chaplin créait avec Jean-Baptiste Thierrée Le Cirque imaginaire avant le mythique Cirque invisible. Ils parcouraient le monde avec leurs deux enfants de la balle, Aurélia et James Thierrée. Aujourd'hui, chacun a suivi son chemin. Aurélia a joué à guichets fermés à travers le monde L'Oratorio d'Aurélia dès 2003 puis Murmures des murs à partir de 2011, tous les deux mis en scène par Victoria, et tous les deux «?tissés de l'étoffe dont sont faits les rêves?». Peuplé de bestioles fantastiques, Murmures des murs est un songe tangible, un périple aux paroles rares, avec plongée consentie dans la folie douce. Pierre Notte

distribution

Conception et mise en scène : Victoria Thierrée
Avec : Aurélia Thierrée
Accompagnée de : Jaime Martinez, Antonin Maurel
Scénographie : Victoria Thierrée
Lumières : Thomas Dobruszkès
Costumes : Véronique Grand, Jacques Perdiguez, Monika Schwarzl, Victoria Thierrée
Chorégraphie : Victoria Thierrée, Armando Santin

mentions de production

production Compagnie des Petites Heures, coproduction Théâtre de Carouge – Atelier de Genève, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Cirque – Théâtre / Elbeuf, La Coursive – Scène nationale / La Rochelle, Le Grand Théâtre de Provence / Aix-en-Provence, La Coupole – Scène nationale / Sénart, Théâtre de l’Archipel / Perpignan, Le Canal – Centre d’Arts Scéniques / Salt-Girona, La Scène Catalane Transfrontalière (ECT – SCT), Théâtre de Caen, Ville de Saint-Quentin – Picardie, Le Rive Gauche – Scène conventionnée pour la danse,  Théâtre de Villefranche – Scène conventionnée, L’Avant Seine – Théâtre de Colombes, coréalisation Théâtre du Rond-Point, remerciements à Damien Bricoteau, Albert Gerriet pour La Rue s’allume, Nasser Hammadi et James Thierrée 

partenaires

revue de presse avis des spectateurs

 Figaroscope - Étienne Sorin

18 mai 2015
Aurélia Thierrée, folle alliée
Dans Murmures des murs, Aurélia Thierrée nous entraîne dans un monde étrange peuplé de créatures fantastiques. Un spectacle superbe, entre rêve et cauchemar. On retrouve ainsi l'imaginaire de Victoria, dont la poésie ne rime jamais avec mièvrerie.
 Consulter l'article

 Libération - Hugues Le Tanneur

14 mai 2015
Faites les «Murs», pas la guerre
Ces mutations incessantes des humains et des objets ravissent par leur ingéniosité relevant de la pure poésie, mais aussi par leur instantanéité. Costumes et décor participent d’un tout qui s’entre-tisse au fil d’associations d’idées imprévisibles avec un humour si délicieux qu’on en éprouve une légère ivresse.
 Consulter l'article

 Le Grand théâtre du monde, blog Le Figaro - Armelle Héliot

5 mai 2015
L'imagination magique de Victoria Chaplin et Aurélia Thierrée
Un spectacle fascinant, d'une fluidité éblouissante. Aurélia Thierrée va, saute, danse, se glisse, disparaît, reparaît, tout cela sans que l'on puisse comprendre exactement comment cela est pensé. L'ensemble est d'une grande beauté, d'une poésie profonde. Un rêve fascinant, parfois angoissant, souvent merveilleux.
 Consulter l'article

également à l'affiche