Plus grand que moi

saison 2018-2019

Plus grand que moi

Solo anatomique
texte et mise en scène : Nathalie Fillion, avec : Manon Kneusé, et la voix de : Sylvain Creuzevault
 Avis de la presse et des spectateurs

2 - 28 avril 2019


Salle : roland topor
Horaires : du mardi au samedi, 20h30 - dimanche, 15h30 - Relâche : les lundis, les 7 et 21 avril
Durée : 1H

synopsis

Je roule en plein ciel. J’ai le vertige.
Cassandre cherche sa place dans la cité et sur la terre. Elle mesure ses intestins : huit mètres. Tout est plus grand qu’elle. Fiction ou réalité, feuilleton intime, c’est une quête d’identité d’une gamine qui tombe dans le fracas de l’existence et le chaos de son époque.

Elle pédale, elle a treize kilomètres à faire. Cassandre Archambault turbine sur son vélo d’appartement, sous les toits de Paris. Le Front National menace, Daech aussi. Le monde va mal, Cassandre cherche sa place dans la cité et sur la terre. Elle se mesure, les bras, les jambes et les intestins qu’elle estime à huit mètres. Tout est plus grand qu’elle. Elle panique et se rassure, parle avec un ours blanc, s’adresse à Zeus qui ne lui répond pas. Elle voudrait bien savoir quoi faire pour ces migrants qui appellent au secours aux portes de l’Europe. Elle est seule en scène et c’est toute une génération qu’on entend vibrer, rire et pleurer de son impuissance, de sa rage et de sa poésie. Lyrisme, trivialité, onirisme et fable, elle chante la folie d’être au monde et en vie. Fiction ou réalité, vertige autofictionnel, Plus grand que moi relève de la performance.
L’auteure Nathalie Fillion rencontre la comédienne Manon Kneusé à sa sortie du Conservatoire national. Elle la dirige dans sa pièce À l’Ouest, présentée au Rond-Point en 2012. Elle écrit pour elle, sur ses mesures démesurées, ce monologue anatomique : une quête d’identité d’une gamine née au milieu des années quatre-vingt. Cassandre tombe dans le fracas de l’existence et le chaos de son époque. Et quand elle crie que la vie est belle, elle se demande aussitôt si elle n’est pas tout simplement dingue. Pierre Notte

distribution

Texte et mise en scène : Nathalie Fillion
Avec : Manon Kneusé
Et la voix de : Sylvain Creuzevault
Chorégraphie : Jean-Marc Hoolbecq
Lumière : Jean-François Breut
Adaptée par : Nina Tanné
Son : Nourel Boucherk
Construction décor : Ateliers du Théâtre de l’Union – Alain Pinochet, Claude Durand
Réalisation costumes : Atelier du Théâtre de l’Union – Noémie Laurioux
Scénographie : Nathalie Fillion
Conseils scénographiques : Charlotte Villermet

mentions de production

Remerciements à Marieva Jaime-Cortez.
production Théâtre du Baldaquin, Théâtre de l’Union – Centre dramatique national du Limousin, Théâtre du Nord – Centre dramatique national Lille / Tourcoing – Hauts-de-France, avec le soutien de La Chartreuse – Centre national des écritures du spectacle / Villeneuve-lez-Avignon, CNES et de Faits & Gestes (accueil-studio au Foyer de Marminiac), projet bénéficiant du dispositif d’aide à la coproduction de la Région Nouvelle-Aquitaine, texte à paraître aux éditions Les Solitaires Intempestifs

revue de presse avis des spectateurs

 TÉLÉRAMA - Emmanuelle Bouchez

10 avril 2019
Un régal.
Cette succession de drôles d’humeurs et de pensées à voix vive a été finement écrite (et mise en scène) par Nathalie Fillion pour Manon Kneusé. Grande trentenaire qui ne craint pas de transformer son corps en terrain de jeux géométriques. Un régal.
 Consulter l'article

 Un fauteuil pour l'orchestre - Sarah Kellal

5 avril 2019
Manon Kneusé et Nathalie Fillion réussissent avec brio le pari d’élever leur personnage au rang d’être.
Nathalie Fillion, dans une langue pleine d’adresses, dynamique et percutante mais non dénuée de profondeur, a créé une partition à la mesure du talent de sa comédienne, taillée pour sa démesure. La complicité qui unit les deux artistes est palpable et l’on sent que le plateau et la langue sont pour elles deux un formidable terrain de jeu et d’exploration.
 Consulter l'article

 FROGGY'S DELIGHT - Nicolas Arnstam

2 avril 2019
Humour et autodérision
Une comédienne fabuleuse pour un texte drôle et profond sur une époque en panne de sens.
 Consulter l'article

autour du spectacle

également à l'affiche