My Secret Garden
© Stéphane Trapier

My Secret Garden


texte et mise en scène Falk Richter mise en scène et interprétation Stanislas Nordey et avec Laurent Sauvage, Anne Tismer
afficher toute la distribution

durée 1h45


[PDF]> télécharger Dossier de presse My Secret Garden

Excès de travail, excès d’alcool, excès de solitude.
À seize ans, dans la bibliothèque de ses parents, le Berlinois Falk Richter découvre les oeuvres complètes de Georg Büchner. S’en empare. Dévore tout. En 1834, Büchner écrit : « Paix aux chaumières, guerre au palais. » Éveil violent chez Richter de la conscience politique. Il lit Camus, Schiller, voit Godard, Fassbinder, Lynch. Un monde se construit. Le sexe, les amitiés, la famille et ses secrets, les influences assumées, et l’Histoire coupable d’une Allemagne monstrueuse. L’auteur associé à la Schaubühne de Berlin, bastion international du spectacle vivant, compose ici un matériau-texte où il mêle souvenirs, indignations, peurs d’enfance et dégoûts d’ado. On visite avec lui les hôtels sinistres et le sexe sans joie, le poids du nazisme hérité, et la fuite en France. Au fil d’improvisations, le metteur en scène et comédien Stanislas Nordey a établi une oeuvre brute, dense, incandescente. Une parole personnelle, autofictionnelle. Aveux ou proférations à trois voix pour un élan de vie. « Crise serait un bon titre. »
Événement du Festival d’Avignon 2010, My Secret Garden fit l’unanimité dans la cité des Papes. Christique, brûlant, Stanislas Nordey dirige et rejoint les comédiens Anne Tismer, ex-Nora dans l’adaptation libre et fulgurante de Maison de poupée d’Ibsen par Thomas Ostermeier, et Laurent Sauvage, cheval fou, inquiétant, hypnotisant. L’esthétique est radicale et la rigueur de mise. Mais dos au public, tandis que le mur de scène se métamorphose en machine à souvenirs, les comédiens invitent à visionner un film d’enfance. L’intimité de Richter apparaît, mise à nue, enfance ordinaire d’un gamin contemporain. My Secret Garden édifie un moment rare d’un théâtre intime. Une fulgurance.

production Festival d’Avignon, coproduction compagnie Nordey, Théâtre national de la Communauté française / Bruxelles, La Comédie de Reims / Festival Reims Scènes d’Europe, Théâtre des Q uartiers d’Ivry, Festival Perspectives / Sarrebruck,
avec le soutien de la Région Île-de-France et du CENTQUATRE / établissement artistique de la Ville de Paris, présenté au 64e Festival d’Avignon en juillet 2010, l’Arche Éditeur est agent théâtral du texte représenté

Télérama France Culture Arte Evene.fr