Discours à la nation

saison 2014-2015

Discours à la nation

conception, texte et mise en scène : Ascanio Celestini, conception et interprétation : David Murgia, composition et interprétation musicale : Carmelo Prestigiacomo, adaptation française : Patrick Bebi, lumières : Danilo Facco, scénographie : Chloé Kegelart
 Avis de la presse et des spectateurs

6 janvier - 1 février 2015


Salle : roland topor
Durée : 1h20

synopsis

Et dans le miroir vous verrez?: Moi.
David Murgia prend la voix des cyniques, des puissants, il donne une conférence grinçante, leçon violente d'une nouvelle géopolitique, où on en vient à inviter les citoyens à s'entredévorer, pour régler le problème de la surpopulation.


À l'aise dans ses bottes santiags, malice dans les yeux, il sourit. Regards vers les spectateurs, il accueille, saisit la proie. Le public est devenu une assemblée de «?camarades?». Il parle vite, il fait son discours à la nation. L'acteur sort un revolver et déboulonne les absurdités du monde. Dans une parole libre, vive, il expose et développe ses théories, déboule dans les principes du marché globalisé, dans les aveuglements de l'ultralibéralisme. Il prend l'exemple de deux hommes, l'un possède un parapluie, l'autre non, depuis toujours. Comment vivent-ils ensemble?? Comment une société entière se bâtit et tient sur ces déséquilibres?? L'acteur dresse ensuite le portrait d'un voleur de grain qui finira par détenir le monopole du pain. On pense à Berlusconi. Ici, la nation est métaphorique, chaos de corruption et d'ordures.
Après Fabbrica ou La Pecora nera, l'auteur italien Ascanio Celestini lance une attaque anticapitaliste qu'il confie à David Murgia. Le guitariste Carmelo Prestigiacomo, sur une scène jonchée de caisses, accompagne l'acteur virtuose. Conférence, expérience sidérante, bombe ou performance, on assiste à une leçon de géo-sociopolitique depuis le point de vue des puissants, des dominateurs cyniques. À ces nantis aspirant au poste de dictateur, l'acteur propose d'organiser le retour du cannibalisme des minorités entre elles pour régler la question de la surpopulation et de l'immigration. Projet d'un visionnaire?? Pierre Notte

distribution

Conception, texte et mise en scène : Ascanio Celestini
Conception et interprétation : David Murgia
Composition et interprétation musicale : Carmelo Prestigiacomo
Adaptation française : Patrick Bebi
Lumières : Danilo Facco
Scénographie : Chloé Kegelart

mentions de production

coproduction Festival de Liège, Théâtre National / Bruxelles, avec le soutien de L’ANCRE / Charleroi, texte publié aux éditions Noir sur Blanc 

partenaires

revue de presse avis des spectateurs

 Le Pop Corner (blog L'Express) - Hubert Artus

29 janvier 2015
Le bon sens du théâtre politique
Entre théâtre de l’absurde, incantation politique, et pur bonheur de jeu de scène. Discours à la nation est un texte abstrait, intemporel, capable de vite se greffer sur une situation politique actuelle, ou sur nos vies universelles. Entre rire salutaire et vérités oubliées.
 Consulter l'article

 Politis - Gilles Costaz

23 janvier 2015
Un homme et une fable
Toujours souriant et affable, David Murgia - étonnant d'aisance, d'une vitesse d’élocution remarquable - déroule cet humour qui prend toujours à contre-pied et détourne les techniques du récit populaire. Celestini est un fabuliste moderne.
 Consulter l'article

 Pariscope - Marie-Céline Nivière

21 janvier 2015
Coup de coeur
Un spectacle qui fait du bien. À travers un humour grinçant, une langue poétique, Ascanio Celestini pointe de sa plume les aberrations de notre société moderne, de notre monde politique, grattant notre démocratie là où ça fait mal. Cet ovni théâtral connaît depuis sa création un immense succès totalement mérité.
 Consulter l'article

 Le Canard enchaîné - Jacques Vallet

21 janvier 2015
Discours à la Nation
Un discours tellement loufoque et cynique qu’il ne peut provoquer que le rire. Un spectacle roboratif. 
 Consulter l'article

 L'Express Styles - Igor Hansen-Love

21 janvier 2015
Discours à la nation
La véritable surprise de ce court spectacle s'appelle David Murgia, qui incarne seul et avec brio cette foule de personnages cyniques et désabusés. Une révélation.
 Consulter l'article

 Etat-critique.com - Sébastien Mounié

14 janvier 2015
L'art du rire de résistance
Avec une plume intelligente, ironique, l’auteur italien nous entraîne dans des paraboles saisissantes pour dénoncer les travers de chacun. Le texte agit comme un habile électrochoc comique qui égratigne. Un brin anarchiste, un brin caricatural et transgressif. L’objectif théâtral d’éveil des consciences est atteint. Un très jolie liberté d’expression à découvrir.
 Consulter l'article

 Libération - Edouard Launet

4 janvier 2015
David Murgia, réveilleur d'âmes
Ce type plein d'énergie et de charme, étoile montante d'un pays en morceaux, y assène un Discours à la nation comme on donne une gifle. Et nous tendons l'autre joue parce que nous l'avons bien mérité, que le spectacle est drôle, que nous voulons y croire avec lui.
Murgia se glisse avec une telle aisance dans le texte décapant
écrit par l'Italien Ascanio Celestini que l'on finit par se demander : dans cette harangue ironique et violente d'un dominant accablant les dominés, quelle part de lui-même y met-il?
 Consulter l'article

autour du spectacle

Autour du spectacle


À la rencontre des artistes / jeudi 22 janvier à 22h30, salle Roland Topor
Le comédien David Murgia vous donne rendez-vous à l'issue de la représentation pour répondre à toutes vos questions et vous dévoiler les coulisses du spectacle au bord du plateau.
> en savoir plus sur la rencontre

également à l'affiche